Dresde – Rennes

Exposition Dresde – Rennes à l’Ecole Supérieure de Chimie
pour 8 jours à partir du mercredi 24 février 2010.
Dresde : Photographies de Thomas Scheufler – Rennes : Photographies de Michel Ogier
Les photographies de Rennes sont extraites de l’exposition présentée à la mairie de Dresde en mars 2009 dans le cadre des échanges Bretagne – Saxe.
Rennes









Bretagne































Quand on m’a demandé d’exposer des photographies de la Bretagne en Allemagne, à Dresde, j’ai pensé montrer ce qu’il y avait de plus représentatif. J’en suis venu à l’idée qu’il fallait photographier les lieux devenus emblématiques pour tout visiteur.
Plus que pour toute autre région française, les illustrations d’une multitudes de guides et de beaux-livres, de cartes postales et d’affiches ont forgé une image inscrite dans les représentations communes. Chacun, au delà des frontières de cette pointe de l’Europe, a en tête des images qu’il pourra reconnaître ici.
Je n’ai pas eu la volonté de me démarquer de cette imagerie collective. L’approche s’est faite plus personnelle quand il s’est agi de montrer les endroits qui me sont proches et sur lesquels j’ai réalisé des livres: Rennes où j’habite, Le Mont-Dol d’où je suis originaire et Saint-Malo où j’ai terminé mes études secondaires.
Allant, la plupart du temps, droit à ces représentations qui précédaient chaque site: à Vannes, Josselin, Concarneau, Quimper, la Pointe du Raz… je savais d’avance quelle photographie j’allais produire. Il ne me semblait pas y en avoir deux possibles, soit j’avais déjà photographié le lieu et je savais ce que je voulais y retrouver soit j’avais une image en tête pour l’avoir déjà vue maintes fois en illustration.
J’ai voulu également rendre hommage à de grands précurseurs de la photographies touristique en Bretagne tel Jos Le Doaré. Je me suis aperçu qu’ils avaient tiré le meilleur parti de ces lieux. C’est là que la Bretagne exprime avec force son caractère. Et si parfois je tentais de m’éloigner de ces emblèmes devenus à raison incontournables, de fait, je ne me sentais plus avoir le choix que de préférer le convenu au banal.
C’est une Bretagne maritime qui en ressort, le centre de la région demeurant, dans la représentation constituée, un arrière-pays. J’ai délaissé les Monts d’ Arrée, la forêt de Brocéliande, le lac de Guerlédan, les Gorges du Toul-Goulic et bien d’autres lieux qui mériteraient qu’on s’y arrête. Peut-être l’occasion d’un autre voyage…
J’ai imaginé, à ces moments d’enchantement où il me semblait produire de belles images, la magie qu’à dû constituer ce défrichement pour ces premiers photographes. Sans compter qu’en dévoilant la Bretagne sous ses meilleurs aspects ils ont favorisé la préservation d’endroits de ce fait valorisés.

Michel Ogier, le 4 mars 2009


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *